Publié le 11 septembre 2014

Laurent-Sorcelle

Laurent Sorcelle, la passion sans modération

Avec une notoriété qui dépasse allègrement les frontières du Berry et armé d’une passion bienveillante à l’égard de cette Province qu’il juge modeste mais pleine de ressources, Laurent Sorcelle endosse à merveille le costume d’ambassadeur quand il s’agit de prendre la plume ou la parole pour vanter les charmes du Berry.

Un enfant du Berry

Né à Bourges, Laurent est un enfant du pays, et c’est à l’ombre de Jacques Cœur qu’il a grandi et a commencer à tomber amoureux du Berry. Plus tard, il servira les rangs de la diaspora berrichonne pour suivre ses études et mener une brillante carrière dans le milieu de l’audiovisuel. Jonglant entre les casquettes de chroniqueur, puis de producteur de documentaire, sa vie se passe à Paris mais très attaché à son pays, il profite de la moindre occasion pour s’y ressourcer.

Laurent Sorcelle

Laurent Sorcelle aux côtés de Michel Drucker

« J’ai toujours eu besoin de cet oxygène que sait me procurer le Berry. Ici plus qu’ailleurs j’apprécie la diversité et la complémentarité de micro-régions comme la Sologne, la Brenne ou le Sancerrois. La beauté de ces lieux se complète d’un attachement aux hommes qui font ce territoire, les berrichons, qui, empreint d’une culture de la modestie sont profondément humains et chaleureux. Pour moi, le Berry, ses paysages, ses hommes, son histoire constituent une sorte de « réserve naturelle », mais dans le bon sens du terme, comme un refuge de l’authenticité ».

Un trésor à peine dissimulé mais ignoré

En évoquant l’Histoire du Berry, Laurent peine cependant à cacher une certaine frustration quant à sa mise en valeur :

« Ce qui est incroyable ici (en Berry), c’est qu’il y a un trésor, dans l’histoire et sous nos pieds et qu’il faut à peine gratter pour qu’il se dévoile. D’Avaricum au Moyen-Âge, Bourges et le Berry ont étés des places fortes et centrales où s’est joué une partie de l’histoire française, or quand on s’y balade aujourd’hui, il n’y a trop peu de références à celle-ci. Baladez-vous dans d’autres régions françaises ou bien d’autres pays, vous verrez comment parfois avec un passé moins prolifique ils ont su mettre parfaitement en scène leur Histoire ».

Il poursuit :

« En plus d’accomplir un devoir culturel et de mémoire, il faut se rendre compte des retombées économiques qui découlerait d’une meilleure prise en considération de notre Histoire. A l’heure actuelle, c’est un non-sens pour moi de ne pas avoir à Bourges un lieu dédié à Avaricum. Je regrette également que les fêtes de l’Argentier (Jacques Cœur) n’aient plus lieu comme au début du siècle, il n’y a qu’à voir le succès que rencontre les Fêtes de Jeanne d’Arc d’Orléans pour se rendre compte du potentiel inexploité que pourrais procurer un tel évènement».

laurent sorcelle

©Laurent Sorcelle

Il conclue son argumentaire avec cette petite histoire qui résume bien le sentiment qui l’habite :

« Celui qui a un trésor dans son jardin peut le côtoyer toute sa vie, malgré lui et sans jamais en profiter. C’est bien souvent quelqu’un qui lui est étranger ou qui a su voir ailleurs qui va le lui révéler…».

Et Sancerre…

Bavard quand il s’agit de parler du Berry, Laurent ne l’est pas moins quand il évoque Sancerre, potion magique dans laquelle il est tombé vers l’âge de 20 ans.

« Sancerre a été pour moi un véritable coup de cœur. D’abord pour les paysages, le sens artistique de ces hommes qui ont plantés ces vignes ne pouvait trouver meilleur décor que ces collines effleurés par la Loire. Et puis le vin… exceptionnel ! L’un des rares en France à procurer autant de plaisir pour un tarif qui reste très raisonnable, un plaisir qui ne demande qu’à être partagé… ».

Y résidant une partie de l’année, il a pris le temps d’aller à la rencontre des vignerons et de capter les photographies les plus saisissantes du vignoble Sancerrois pour publier un magnifique ouvrage « Sancerre, Terre et Vins d’enchantement ».

« Ma motivation principale était de comprendre comment Sancerre s’est fait. C’est aujourd’hui et sans équivoque la référence au Berry la plus connue à travers le monde et c’est auprès des vignerons sancerrois que j’ai construit ce livre qui se veut être un objet intemporel qui retranscrit 2000 ans d’histoire du vignoble, étayé par de nombreux témoignages et documents historiques ».

Sancerre

Sancerre, Terre et vins d’enchantement

« Sancerre, Terre et vins d’enchantement – land and wines of enchantment »

Servi donc par d’époustouflantes photos mais aussi des documents rares, ce livre bilingue (français/anglais) est disponible dans de nombreuses librairies du Berry et sur internet à cette adresse : http://www.editions-larcande.com/

  • 11 septembre 2014
  • personne(s) aime(nt) cet article
  • Pas de commentaire

Chez Berry Province depuis 2012, ce que j'aime en Berry c'est sa simplicité, les rencontres que l'on peut y faire, les surprises que l'on peut avoir au détour d'un chemin en campagne ou en levant la tête en ville ou encore les événements originaux auxquels on peut participer !


Ajouter un avis