Grandeur Nature

Le Parc naturel régional de la Brenne, pays des mille étangs

Avec plus de 3 000 étangs, le Parc naturel régional de la Brenne est l'une des plus importantes zones humides continentales françaises, reconnue au niveau international pour la richesse de sa faune et de sa flore. Loin d’un tourisme de masse, sa nature sauvage se découvre aux abords de ses étangs et roselières qui abritent de nombreuses espèces d’oiseaux. Plus de 150 espèces d’oiseaux y trouvent refuge et nourriture, parmi lesquelles la Guifette Moustac, le Grèbe à cou noir, le Héron Pourpré, la Grande Aigrette … C'est ici que vit la plus grande population française de Cistudes d’Europe, petite tortue aquatique devenue l'emblème de la Brenne !

Les buttons ou "dépâtures" de Gargantua

Située au Sud du Berry, le Parc naturel régional de la Brenne offre une mosaïque extraordinaire de paysages où s’interpénètrent l’eau, les bois, les landes et les prairies, parfois dominées par quelques « buttons ». L’on dit que ces petites buttes de grès proviendraient des « dépâtures » de Gargantua qui, traversant la région, aurait fréquemment secoué ses bottes au-dessus de la Brenne.

Le saviez-vous ? 

Régulièrement, les étangs sont mis en "assec" : ils restent vides d'eau une année entière pour permettre des travaux d'entretien. Il se transforment alors en de vastes prairies. 

Les activités nature du Parc

Le Parc Naturel Régional de la Brenne propose plus de 250 activités nature à pied ou à vélo : balades naturalistes, observation d’oiseaux et d’insectes, approche botanique... Une quinzaine d'observatoires a été installé au bord de différents étangs pour faciliter l'observation des espèces sans perturber cet équilibre fragile. Les paysages plats de Brenne se prêtent volontiers à la randonnée entre amis ou en famille sur les nombreux sentiers du GRP de la Brenne et sur les 16 itinéraires vélo jalonnés qui sillonnent le parc.

Les pêches d'étangs, une tradition préservée

La tradition locale attribue aux moines la création des étangs de la Brenne. Avec l’arrivée de la carpe en France et le développement de la pisciculture, le nombre d’étangs s’accroît significativement à partir du 16ème siècle. Depuis la création des étangs, les gestes de la pêche n’ont pas changé : les pêcheurs, équipés de grandes cuissardes, entrent dans la pêcherie, enferment les poissons dans le tramail (grand filet) et les ramassent à l’aide de filanches (sortes d’épuisettes sans manche caractéristiques de la Brenne). Les pêches publiques sont un rendez-vous attendu chaque année, le poisson y est vendu frais sur les étalages !

Parc naturel régional de la Brenne, jeudi à l'aube

Géo-localisation

Et aussi...

Patrick Luneau, cinéaste en Brenne

A l‘heure où les Guifettes entament leur chant clair et printanier, les petites tortues Cistudes prennent leur premier bain de soleil… Avec les chaudes journées de mai, elles quittent bientôt les étangs pour rejoindre les prairies en fleur et y pondre leurs œufs. La ponte des Cistudes, cett (...)

Frédéric Beau, découverte de la Brenne en âne bâté

Frédéric Beau a quitté sa Charente natale pour venir s’installer en Brenneil y a trois ans. Naturaliste chevronné, autodidacte, nourri de ses multiples voyages dans le monde, il a posé ses valises dans le hameau du Temple, nom insolite qui n’est pas sans rappeler l’infinie quiétude qui (...)

Cistude d'Europe, petite tortue de Brenne

Ce n'est pas un hasard si la tortue Cistude d'Europe a été choisie comme emblème du Parc naturel régional de la Brenneà sa naissance. Avec plus de 100 000 individus estimés, la Brenne constitue l’un des derniers bastions pour la préservation et le développement de cette tortue d'eau douce, (...)

Ajouter un commentaire