Publié le 21 décembre 2021

La Fondation du patrimoine, actrice majeure de l’attractivité du Berry

Longère berrichonne, église, fontaine… La Fondation du patrimoine est un acteur essentiel de la sauvegarde du bâti ancien en aidant les propriétaires à financer les travaux. Elle est particulièrement dynamique en Berry où elle contribue à préserver la typicité du patrimoine local et à développer l’attractivité du territoire

L’identité d’un territoire, son attrait, son charme à nul autre pareil passent en grande partie par son patrimoine bâti : des édifices illustres – châteaux et églises notamment – mais aussi des granges à l’architecture typique d’une région, la halle d’un village où le marché se tient depuis des siècles, les maisons à colombage d’une ancienne cité médiévale, etc.

Majestueux ou plus discrets, tous subissent les outrages du temps avec la même vigueur et il faut l’investissement de passionnés pour sauvegarder ces témoins de savoir-faire anciens, parfois disparus, et de toutes les belles histoires qui vont avec. Parmi ces passionnés, il y a les bénévoles de la Fondation du patrimoine. Cet organisme à but non lucratif reconnu d’utilité publique, aide les propriétaires, qu’il s’agisse de particuliers, de collectivités ou d’associations à financer leurs travaux patrimoniaux.
« Cela fait vingt-six ans que la Fondation du patrimoine existe et agit sur le terrain, indique Laurence Fraissignes, déléguée départementale de la Fondation dans l’Indre. Les monuments inscrits ou classés aux Monuments historiques étaient aidés pour leurs travaux, mais il restait toute une partie du patrimoine qui méritait elle aussi d’être entretenue : un pigeonnier, une chapelle, des épis de faîtage… Le but, c’est de préserver et de transmettre ».

Des centaines d’églises en Berry

Chacun peut, très facilement, soumettre son projet. L’architecte des Bâtiments de France est alors invité à donner un avis après avoir vérifié l’intérêt patrimonial du bien visé et la cohérence des travaux envisagés : « Les fenêtres en PVC et les tuiles mécaniques sont par exemple proscrites, l’objectif étant de montrer aux générations suivantes le bâti ancien tel qu’il était », souligne Laurence Fraissignes. Pour être éligibles, les travaux doivent d’ailleurs absolument être visibles de l’extérieur, par le public. Ce faisant, en jalonnant le territoire de pépites architecturales et patrimoniales pleines de charme, ces travaux participent pleinement à sa typicité et à son attractivité touristique. Ainsi, le territoire devient terroir. C’est particulièrement vrai en Berry où la Fondation du patrimoine est très active : « Dans le Cher, nous menons entre 20 et 25 dossiers privés par an et entre 10 et 15 dossiers publics. En un peu moins de vingt ans, nous avons soutenu des projets dans environ deux cents communes du département : des pigeonniers, des granges pyramidales, des longères berrichonnes, des fontaines, beaucoup d’églises… La demande est soutenue et augmente d’année en année », souligne François Gréau, délégué départemental de la Fondation du patrimoine dans le Cher. Dans l’Indre, « la Fondation a participé au financement de travaux dans au moins la moitié des églises du département », indique Laurence Fraissignes.

Abbaye de Fontmorigny ©Ad2T - P. Régnier

Abbaye de Fontmorigny ©Ad2T

Chatillon-sur-Indre ©Teddy Verneuil

Déductions fiscales et subventions

Concrètement, les propriétaires privés bénéficiant du label Fondation du patrimoine peuvent déduire de leur revenu imposable 50 % du montant des travaux. Si le montant de l’impôt sur le revenu est inférieur à 1 300 euros, une aide directe est prévue, sous la forme d’une subvention. Pour les projets portés par des collectivités publiques ou des associations, une souscription publique est ouverte (dons déductibles de l’impôt sur le revenu à 66 %). Si elle atteint un certain seuil (entre 5 et 10 % du montant des travaux), une subvention supplémentaire de 20 % est accordée. Le financement est principalement assuré par l’État, le Conseil régional, le mécénat et les adhésions. Les Conseils départementaux peuvent également apporter une contribution complémentaire. Le département de l’Indre a par ailleurs été l’un des premiers à mettre sur pied un club de mécènes composé d’entreprises prêtes à financer l’intégralité de certains projets. On lui doit notamment la restauration de deux statues torchères du théâtre du château de Valençay.

Petit théâtre de Valençay ©Bestjobers

Des animations pour sensibiliser

Outre l’aspect financier, les souscriptions organisées pour soutenir les projets de collectivités ou d’associations permettent également de sensibiliser les habitants à la richesse de leur patrimoine et d’animer le territoire. Il n’est pas rare en effet que des concerts, expositions, visites ou autres soient organisés pour récolter des fonds. Certaines de ces animations ont même été pérennisées : « À Loye-sur-Arnon, un festival avait été lancé pour la restauration du clocher de l’église et il perdure encore aujourd’hui », note François Gréau.
Si l’action de la Fondation du patrimoine porte principalement sur le bâti ancien, elle peut aussi s’appliquer à des objets (tableaux, sculptures…) dans la mesure où ils sont visibles du public, dans un musée par exemple, ainsi qu’au patrimoine naturel. Dans le Cher, elle a ainsi accompagné l’association Nature 18 sur des projets au marais du Val d’Auron à Bourges et au coteau de Coillard, à Saint-Georges-sur-Moulon, deux espaces naturels sensibles. La Fondation est également l’interlocutrice privilégiée sur le terrain de la Mission Patrimoine, confiée à Stéphane Bern, qui apporte des financements importants pour la sauvegarde du patrimoine français.
Actuellement, une quarantaine de projets sont ouverts à la collecte de dons dans le Berry. Vous pouvez les consulter sur la carte interactive du site de la Fondation du patrimoine. Il y en a sûrement un près de chez vous !

  • 21 décembre 2021
  • personne(s) aime(nt) cet article
  • Aucun commentaire

J'ai découvert le Berry lors d'une pause en direction du Sud. Un havre de paix où j'ai pris racine et dont je continue de découvrir les richesses vingt ans après.


Ajouter un avis