Publié le 26 février 2022

boeufs-gras-valencay-archives-collection-Guérouée-de-Gatines-Valençay

Mardi gras, une tradition qui donne faim

Mardi gras a longtemps été l’occasion de grandes liesses populaires en Berry, une « fête mangeoire » où l’on faisait bombance. Une tradition pas si lointaine dont témoignent encore de délicieuses spécialités berrichonnes que chacun peut aujourd’hui encore s’amuser à cuisiner.

Cette année, le 1er mars est un mardi. Pas n’importe quel mardi : Mardi gras ! Un nom associé à la fête et au carnaval. On pense alors à ceux, fameux, de Nice ou de Dunkerque, mais la tradition des costumes et déguisements existait dans bien d’autres régions de France, et notamment en Berry. « Mardi gras a longtemps été une fête très importante dans le Berry, souligne en effet Daniel Bernard, historien des traditions populaires du Berry. Jusque dans les années 50, les enfants se déguisaient et allaient quêter dans les villages. Mais, surtout, c’était une « fête mangeoire ». Les anciens disaient qu’ils faisaient bombance ».

Faire bombance avant le Carême

La racine du mot carnaval provient d’ailleurs du latin carne, viande. Dans la religion catholique, le Mardi gras est le dernier jour avant l’ouverture de la période de Carême, qui dure quarante jours, jusqu’à Pâques, durant lesquels on mange « maigre ». Le Mardi gras est donc la dernière occasion de se remplir la panse sans scrupule. Pour des raisons un peu plus pragmatiques, on raconte que cela permettait également de consommer tous les aliments riches, gourmands et périssables plutôt qu’ils ne se perdent pendant le Carême.

« Des concours d’animaux gras, les bœufs en particulier, étaient organisés au cours de foires. Les plus belles bêtes étaient ensuite promenées dans la ville puis abattues pour le repas de carnaval. Les boucheries étaient décorées. Cela se faisait dans toutes les bourgades »

indique Daniel Bernard, qui évoque les carnavals du Berry dans plusieurs de ses ouvrages, tels que Berry d’antan ou Mémoires d’un terroir.

Sanciau et beugnon aux pommes

La célébration du Mardi gras n’a plus, dans le Berry, la même dimension populaire d’autrefois, mais pour beaucoup de familles, elle reste l’occasion de se réunir autour d’un bon repas ou de gourmandises associées au carnaval. À travers l’Indre et le Cher, certaines sont restées fameuses et continuent d’être préparées en cette veille de Carême : en particulier les beugnons aux pommes – beignets en berrichon – encore plus délicieux quand on les prépare soi-même (consulter la recette) ou le sanciau, une crêpe épaisse aux pommes que l’on prépare pour la chandeleur mais qui joue volontiers les prolongations jusqu’au Mardi gras. Selon que l’on se situe d’un côté ou de l’autre du Berry, on parle aussi de crépiau, de chanciau, avec de subtiles variations culinaires, mais le plaisir des papilles est toujours le même.

À chacun, par gourmandise et / ou pour le plaisir de prolonger une tradition populaire, de s’amuser à préparer et déguster ces recettes berrichonnes.

Beugnons aux pommes et sanciau berrichon ©Linda Louis

Beugnons aux pommes et sanciau berrichon ©Linda Louis

Et comme Mardi gras tombe… un mardi, pourquoi ne pas en profiter pour aller faire un petit tour du côté d’une autre référence de la bonne chère en Berry. Le fameux marché de Saint-Août, dans l’Indre, se tient en effet chaque mardi matin. Célèbre pour ses volailles, on peut y dénicher bien d’autres pépites du terroir berrichon. Avis aux amateurs, gourmands et gourmets !

  • 26 février 2022
  • personne(s) aime(nt) cet article
  • Aucun commentaire

J'ai découvert le Berry lors d'une pause en direction du Sud. Un havre de paix où j'ai pris racine et dont je continue de découvrir les richesses vingt ans après.

Ajouter un avis