Publié le 3 juillet 2018

Ainay-le-vieil

Marie-Sol de La Tour d’Auvergne, l’ambassadrice des jardins du monde

Suite à son enfance passée au Château d’Ainay-le-Vieil, Marie-Sol de La Tour d’Auvergne n’a cessé de voyager entre Europe et Amérique, pour promouvoir l’art des jardins au-delà des frontières.

En route vers les terres russes

Après avoir travaillé pendant près de 16 ans à la French Heritage Society, une fondation américaine dont le but est la préservation du patrimoine français en France et aux États- Unis, Marie-Sol de La Tour d’Auvergne a décidé d’embarquer pour la Russie. « Je travaille pour la Fondation des Parcs et Jardins de France, avec une approche spécifique qui est le développement des jardins en Russie » explique-t-elle. « Pour ce faire, j’ai développé beaucoup d’échanges culturels dans le domaine du patrimoine et des jardins avec la Russie en participant à l’organisation de colloques. » Actuellement, l’une des propriétaires du Château d’Ainay-le-Vieil planche sur le Forum Culturel de Saint-Petersbourg. Ce forum international aux 33 000 participants accueille pour l’occasion des spécialistes français des jardins de haut niveau. « C’est très heureux de promouvoir la France de cette façon-là, avec tous ces savoir-faire, ces connaissances intellectuelles des jardins », commente-t-elle.
La Princesse passionnée de jardins représente également la France lors d’autres grandes manifestations internationales, tel que des conférences, fêtes des plantes et autres rassemblements horticoles.

Marie-Sol de La Tour d’Auvergne – © AD2T

Des jardins personnels

Lorsqu’elle ne voyage pas, Marie-Sol de La Tour d’Auvergne vient se ressourcer et s’occuper du Château d’Ainay-le-Vieil et de ses jardins. « C’est un jardin assez personnel », confie-t-elle. Il est alors possible de se délecter des poèmes de son père accrochés ça et là dans la Guérite du Poète. Cette structure de charmes taillée en forme de pavillon Renaissance accueille en son sein un hommage certain à ce poète « qui avait beaucoup de talent », « reconnu par des prix de l’Académie française », ajoute-elle avec admiration.

© Marie-Sol de La Tour d’Auvergne

Un autre hommage est également rendu, mais à son mari cette fois-ci, et c’est dans la Chartreuse représentant le Moyen Âge qu’il faut se rendre. Une fresque inspirée de « Saint François d’Assise prêchant les oiseaux » de Giotto se dresse alors fièrement. À la mort du Prince, en 1997, c’est tout naturellement que Pierre-Yves Bourgain, restaurateur de fresques de renom tel que celles du Château de Fontainebleau, a annoncé à Marie-Sol : « j’aimais beaucoup votre mari et j’aime beaucoup vos jardins, je serais heureux de lui rendre hommage dans vos jardins. » Ils ont alors discuté du sujet de la fresque qui est apparu comme une évidence, son mari étant un grand chasseur qui respectait les oiseaux. Dans cette œuvre apparaissent également le nom des personnes défuntes ayant joué un rôle important à Ainay récemment. « Donc c’est très très personnel et touchant », souligne Marie-Sol.

 De la désolation au prestige

C’est finalement une grande part de la vie de Marie-Sol de La Tour d’Auvergne qui transparaît dans les jardins du château. Née il y a 75 ans au Château d’Ainay-le-Vieil, dans la chambre juste au-dessus du salon, Marie-Sol a vécu une enfance très heureuse et libre entre les remparts féodaux. Après avoir passé ses études et de nombreuses heures de travail au-delà des frontières, la princesse n’est finalement revenue sur ses terres qu’en 1984, alors qu’une terrible tempête avait dévasté le parc du château. « Beaucoup d’arbres sont tombés, et il a fallu nettoyer et repaysager », précise-t-elle. « Mais l’idée a été que, plutôt que de repaysager comme au XIXème en parc à l’Anglaise, il serait intéressant de créer des jardins avec un thème. »

Les travaux ont donc débuté avec Pierre Joyaux par la création d’une roseraie de roses anciennes, suivie de la restauration des Chartreuses, ces murs à ciel ouvert délimitant divers espaces.

Ces jardins labellisés « Remarquable » concluent ainsi à merveille la visite du « Petit Carcassonne du Berry », avec sa forteresse médiévale et son logis Renaissance.

© Marie-Sol de La Tour d’Auvergne

Infos pratiques

Adresse : Rue de Drevant, 18200 Ainay-le-Vieil

Ouvert tous les jours du 1er mars au 4 novembre, de 10h à 12h et de 14h à 18h. Ouvert sans interruption de juillet à septembre. Fermé le mardi en mars, septembre et octobre.

Tarifs : Adulte 7€50, Enfant de 5 à 11 ans 3€, Gratuit pour les moins de 5 ans

Plus d’infos : https://www.berryprovince.com/blog/roseraie-chartreuses-chateau-dainay-vieil-jardins-remarquables/

  • 3 juillet 2018
  • personne(s) aime(nt) cet article
  • Un commentaire
Chloé

Berrichonne et membre de Berryprovince, soyez surpris par notre territoire si attachant !


Commentaires - Un commentaire

Bartet vigand -

Un très bel ensemble château et parc et ces chartreuse...à voir et revoir


Ajouter un avis