Publié le 10 novembre 2020

Pillivuyt

Pillivuyt, une entreprise patrimoniale à visiter

Fondée en 1818, la manufacture de porcelaine Pillivuyt n’a jamais quitté le département du Cher, pour une fabrication 100 % française. Installée à Mehun-sur-Yèvre, elle accueille régulièrement des visiteurs désireux de découvrir une autre facette du patrimoine berrichon.

Le patrimoine d’un territoire revêt de nombreux visages : ses châteaux, ses églises et abbayes, ses paysages, mais aussi ses… entreprises détentrices d’un savoir-faire traditionnel, implantées sur le territoire depuis des générations et dont les bâtiments eux-mêmes témoignent des conditions de vie et de travail de nos aïeux.

Pillivuyt est l’une d’entre elles. Cette manufacture de porcelaine a été fondée en 1818 par Jean-Louis Richard Pillivuyt à Foëcy, dans le Cher. En 1854, elle s’est installée à Mehun-sur-Yèvre, d’où elle n’a pas bougé depuis. Avec ses plus de 200 ans d’existence, elle est l’une des plus anciennes entreprises du département, mais aussi l’un des plus anciens porcelainiers de France.

Labellisée « Entreprise du patrimoine vivant »

Au milieu du XIXe siècle, quand les fours à bois et charbon pour la cuisson de la porcelaine étaient encore alimentés à la main, Pillivuyt a employé jusqu’à 800 personnes. Aujourd’hui, l’entreprise compte 170 salariés qui produisent chaque année trois millions de pièces de porcelaine, dont une grande partie est vendue à travers le monde. Une réussite que la manufacture mehunoise a construite en restant fidèle au savoir-faire transmis de génération en génération et à ses valeurs initiales : « Attachement au territoire et authenticité, des produits de qualité utilisables au quotidien, une fabrication 100 % française », énumère la responsable marketing, Claire Calvarin. Des valeurs qui ont valu à Pillivuyt le privilège d’être labellisée « Entreprise du patrimoine vivant » par l’État français en 2009. Ce label créé en 2005 distingue les entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence.

Un patrimoine vivant qui se visite puisque la manufacture, qui s’étend sur 7 hectares, accueille régulièrement du public dans le cadre de visites guidées. « Cela  correspond à notre vision des choses : montrer et expliquer ce que l’on fait, une envie d’être dans le partage, poursuit Claire Calvarin. Les visites sont organisées par le Bureau d’information touristique de Mehun-sur-Yèvre, en général plutôt pendant les vacances scolaires, mais elles sont possibles toute l’année. Elles sont guidées par des agents touristiques et des salariés de Pillivuyt. Après une présentation historique, les visiteurs découvrent le process de fabrication, depuis la fabrication de la pâte jusqu’à la décoration à la main. » Un magasin d’usine permet également de conclure la visite en faisant quelques emplettes à des tarifs avantageux.

Pillivuyt

Un nouveau parcours de visite en préparation

Une balade originale et instructive dans les entrailles d’une manufacture de porcelaine, qui s’adresse à la fois aux touristes désireux de découvrir une autre facette de la région qu’ils visitent, et aux locaux qui ont ainsi l’occasion de voir de l’intérieur une entreprise avec laquelle ils ont grandi et qui porte haut les couleurs du Berry dans le monde. L’entreprise Pillivuyt figure d’ailleurs dans le Guide du Routard de la visite d’entreprise en France ; une belle reconnaissance du travail accompli auprès du public.

Un travail qui se poursuit puisque Pillivuyt prépare actuellement des nouveautés afin d’enrichir encore l’expérience de la visite : une nouvelle signalétique pour évoquer l’histoire de la manufacture, un nouveau parcours dans les ateliers avec la possibilité d’échanger avec des maîtres porcelainiers, ainsi qu’une scénographie sur l’histoire de la porcelaine dans le Cher qui pourrait voir le jour au cœur même de l’ancien four. Ce projet pourrait voir le jour en 2021, en fonction de l’évolution du contexte sanitaire.

Une bonne raison de plus de préparer sa visite à Pillivuyt pour (re)découvrir ce patrimoine vivant du Cher et du Berry.

  • 10 novembre 2020
  • personne(s) aime(nt) cet article
  • Pas de commentaire
Nicolas Barraud

J'ai découvert le Berry lors d'une pause en direction du Sud. Un havre de paix où j'ai pris racine et dont je continue de découvrir les richesses vingt ans après.


Ajouter un avis