Publié le 19 avril 2018

Printemps de Bourges

Printemps de Bourges, comme dans un film !

Le Printemps de Bourges, c’est un peu comme dans les films, on a parfois pleuré, ri, eu quelques frayeurs mais à la fin tout se finit bien et on est impatient de connaître la suite ! En plus de 40 ans, il s’en est passé des choses et on a vu passer plus de 4 000 artistes !!! Des talents incroyables souvent mis en lumière par le rayonnement international du festival ! 

Tout commence en cette fin d’année 1976, quand un nouveau concept surgit de trois personnages ; Daniel Colling et ses compagnons Maurice Frot et Alain Meillant : un festival de musique, en plein coeur de Bourges, uniquement pendant les vacances de Pâques. Les voilà partis dans l’aventure avec UN objectif : 

« Le Printemps de Bourges doit devenir, pour tous ceux qui s’intéressent à la chanson, un lieu de création, d’expression et de confrontation sur la chanson d’aujourd’hui. ».

Un début un poil chaotique…

En 1977, le premier Printemps de Bourges voit le jour. Et c’est une date à retenir puisque la première édition est un vrai succès avec plus de 13 000 billets vendus. Malheureusement comme toute idée nouvelle, le festival n’est pas très bien perçu et engendre des protestations de la part de quelques berruyers. Ne vous inquiétez pas, quelques années plus tard, la ville adopte complètement son festival (mais chut, c’est un teasing de la fin du film). 

Printemps de Bourges

© AD2T

Les années passent et il faut à chaque fois renégocier le budget avec la Maison de la Culture pour que le festival puisse vivre et survivre, c’est compliqué. De plus, le Printemps se voit prendre une telle ampleur en 1989 qu’il doit carrément déposer le bilan (c’est à ce moment précis que tout le monde pense que c’est la fin du film).

Le grand retour du Printemps

Hourra ! Dans les années 90, le Printemps décide de repartir sur de meilleures bases et se veut un peu plus moderne. Au passage, il ajoute la catégorie rap au festival. La barre officielle des 100 000 spectateurs rapidement dépassée, le Printemps devient un rendez-vous incontournable pour les professionnels des différentes variétés ! Par la même occasion, il devient aussi un vrai levier pour les musiques du monde et révèle beaucoup de talents au public français. L’arrivée du « Printemps dans la ville » finit de réconcilier les berruyers en fournissant une programmation plus complète de concerts dans les bars du centre ville pendant le festival. Le Printemps est alors bien ancré sur le territoire et tout le monde se veut plus optimiste pour la suite des évènements !

Printemps de Bourges

© AD2T

À la fin de ces années 90, quelques détails chagrinent Daniel Colling et il décide alors de retrouver l’essence même de son idée du festival : l’audace et la découverte. Le suspense est à son comble… le format se veut plus petit, autour des 50 000 places. Le Printemps de Bourges devient de plus en plus un lieu d’excellence et de pertinence concernant les choix de sa programmation. Il conquiert une nouvelle influence, attire et intrigue ! Mission réussie !

Le Printemps contre-attaque !

Et puisque les bonnes nouvelles n’arrivent jamais seules… Dans le début des années 2000, la portée du festival rayonne de plus en plus et suit son cours de façon plus sereine. Le Printemps de Bourges reste le révélateur des nouveaux buzz. Il développe aussi pendant ces années un nouveau format unique : la Rock’n’Beat. Le concept ? Unir toute la nuit dans deux salles différentes des platines de DJ, des guitares… Un vrai coup de fouet pour le festival et autant vous dire que ça déplace les foules !

Printemps

© AD2T

Et comme toute belle fin de film, en 2016, le 40e Printemps devient un évènement symbolique. Pour l’occasion, un nouveau style de soirée est proposé, l’Happy Friday du vendredi au samedi ! On ne vous en dit pas plus, de toute façon, il faut le vivre pour le croire ! Nous en tout cas, nous avons hâte de découvrir la suite !

Et vous, quels sont vos meilleurs souvenirs sur le Printemps, quel(s) artiste(s) vous allez voir ? Dites-le nous en commentaire !

  • 19 avril 2018
  • personne(s) aime(nt) cet article
  • Pas de commentaire
Chloé

Berrichonne et membre de Berryprovince, soyez surpris par notre territoire si attachant !


Ajouter un avis