Publié le 3 juin 2021

J’ai testé… la voie verte du Pont Chrétien-Chabenet à Tournon Saint-Martin

Dans le sud de l’Indre, le tracé d’une ancienne voie ferrée a été reconvertie en chemin réservé aux piétons et cyclistes. Nous l’avons testé sur une cinquantaine de kilomètres, au cœur du parc naturel de la Brenne. Une balade pleine de découvertes, au rythme de ses mollets.

Le Berry a longtemps été sillonné par un réseau ferroviaire qui desservait les campagnes à un train de sénateur. Bon nombre de ses lignes ont fermé au XXe siècle, mais certaines voies ont depuis été reconverties. Dans l’Indre, c’est notamment le cas de celle qui reliait Argenton-sur-Creuse à Tournon-Saint-Martin, en passant par Le Blanc. Une soixantaine de kilomètres désormais classés « voie verte », réservée aux piétons et cyclistes. Je l’ai testée à vélo par une belle journée du mois de mai, en partant du pont de Conives (commune du Pont Chrétien-Chabenet) pour environ 50 kilomètres de balade.
Les rails ont été retirés, mais le tracé rectiligne, quelques vestiges de signalisation ferroviaire et le chapelet régulier des anciennes gares confirment que l’on se trouve bien sur une ancienne voie ferrée. Le sol est goudronné, roulant, et je circule entre les arbres. La Creuse, que longe le parcours à plus ou moins de distance, se dévoile de temps à autre à travers la végétation.

Anciennes voies de chemin de fer ©Isabelle Bardiau

Le viaduc blancois, à ne pas manquer

La voie verte a certes hérité du tracé de la voie ferrée qui avait d’abord été conçu à des fins utilitaires et pratiques, mais le fait de parcourir ces paysages à vélo offre un vrai sentiment de dépaysement. Comme jadis les voyageurs à la fenêtre de leur wagon, de beaux panoramas s’étendent sous mes yeux, tel celui sur Saint-Gaultier que l’on découvre en franchissant un pont sur la Creuse ; avec l’avantage, au guidon de ma bicyclette, de pouvoir m’arrêter pour les contempler un peu plus longtemps… Un petit détour juste après le village de Ciron permet de découvrir l’imposant château médiéval de Romefort qui domine la vallée, tandis qu’un peu plus loin, à Ruffec, le prieuré Saint-Martial, chef-d’œuvre roman du XIIe siècle, offre une belle occasion de faire une pause. Encore quelques kilomètres et j’arrive au Blanc. Petit arrêt à l’ancienne gare, inaugurée en 1886, où transitait quotidiennement une quarantaine de trains à son apogée, en 1900-1910. L’exploitation a définitivement cessé en 1994. Quelques centaines de mètres plus loin, je découvre le grand viaduc qui surplombe la Creuse de près de 40 mètres de haut avec un panorama magnifique sur la ville, le tout sur plus de 500 mètres de long.
La voie verte se poursuit après le viaduc en direction de Concremiers et Ingrandes. Pour aller en direction de Tournon Saint-Martin, il faut tourner à droite un peu avant, à une petite fourche entre la gare et le viaduc. À partir de là, le chemin est en terre et caillouteux par endroits. Prévoyez un vélo avec des pneus adaptés.

Viaduc de Le Blanc sur la Voie Verte ©Isabelle Bardiau

L’abbaye de Fontgombault vaut le détour

Votre estomac vous demandera peut-être de vous arrêter à Pouligny-Saint-Pierre et son célèbre fromage de chèvres. Quelques kilomètres plus loin, un petit détour me permet d’admirer l’abbaye de Fontgombault, où vit toujours une communauté de moines bénédictins. Il est possible de visiter l’église abbatiale.
Les derniers kilomètres avant d’arriver à Tournon-Saint-Martin, terme de mon périple, à la frontière de la Touraine, se font sur la route. Cette bonne cinquantaine de kilomètres sur la voie verte, presqu’intégralement sur le territoire du Parc naturel de la Brenne (à partir de Saint-Gaultier), aura été une belle expérience. C’est un vrai plaisir d’évoluer à son rythme au milieu d’un environnement naturel. À chacun de choisir sa distance en fonction de ses mollets, de son envie et de la logistique pour revenir à son point de départ. La voie verte est relativement plate, mais il faut tenir compte du « relativement », et les longues lignes droites, pour peu qu’il y ait vent de face, peuvent devenir éprouvantes. Par ailleurs, n’hésitez pas à prévoir dans votre sortie de petits détours pour aller à la rencontre de quelques-uns des fleurons du patrimoine berrichon. Bonne balade !

Abbaye de Fontgombault et vue sur le village de Saint-Gaultier ©Isabelle Bardiau

Pour aller plus loin :

Tronçon Tournon-Saint-Martin – Le Blanc
Tronçon Le Blanc / Thenay – Argenton-sur-Creuse

  • 3 juin 2021
  • personne(s) aime(nt) cet article
  • Aucun commentaire

J'ai découvert le Berry lors d'une pause en direction du Sud. Un havre de paix où j'ai pris racine et dont je continue de découvrir les richesses vingt ans après.


Ajouter un avis